Spe78men

Spe78men

Inconnu
Ses Infos
Homme Homme
le 17 juillet 1991

Inscrit le 30/07/2009

Dernier message sur le forum le 30/07/2009

Sexe :
NA

Tous ses messages forum (4)
Ses coordonnées :

Ses centres d'intérêt :
Présentation :
Jeune homme de 18 ans brun aux yeux marrons 1 m 78 & bien d'autres Blablabla =D
▼ Afficher les détails Statistiques
  • 1439 visites
  • 4 messages sur le forum


Alerter les modérateurs
On parle de moi
On ne vous a pas encore mentionné.
Pour que l'on parle de vous, indiquez à vos amis d'écrire @Spe78men dans leurs messages.

Pas encore de commentaire.

Joueur de CAll of Duty: Moderne WarFare
Salut à tous,
J'aimerai savoir si y'a des joueurs de call of duty sur ps3 du moderne warfare. & so vous aller osez achetez le second volet  love:{}
Sur le forum Ados-Multimedia le 30 juillet 2009 à 11h15
G.I-Joe?
Héy,
Alors G.I-Joe grosse merde finit ou excellent fantastique James-Bond

Voici si dessous la critique de chandleyr que j'ai assez apprécié:

Pendant des mois j’ai fait partie de ceux qui étaient quasi certains que Gi-Joe allait être une daube sans nom. Je lisais les news sur tous les sites Us et plus mon esprit voyait des petits nuages s’amonceler au-dessus de ce film. Bon autant le dire cela ne sentait pas bon. Donc en allant à la projo de presse chez Paramount je n’ai pu m’empêcher d’avoir encore une petite crainte dans un coin de ma tête. En sortant du film à ma grande surprise, celle-ci avait disparue. Non pas que Gi-Joe soit un chef d’œuvre, non, mais il fonctionne bien mieux que je ne le pensais et se paye même le luxe d’être mieux tenu que Transformers 2 côté rythme. En effet le film de Bay souffrait d’un gros problème de tempo. Trop long et avec des tunnels scénaristiques par moment. Ici l’action est beaucoup plus recentrée et mieux tenue, le film est moins long et les quelques moments pas très fins du coup passent beaucoup mieux.

Si je devais résumer Gi-Joe je dirais que c’est un hommage à James bond de la grande époque sous acide le tout écrit par un gamin de 12 ans hyperactif et sûrement de la famille de Michael Bay. Oui ça pète, ça hurle, le tout entrecoupé de dialogues qui feront vaciller le plus costaud des cinéphiles, mais la vérité n’est pas ailleurs comme dirait l’autre, elle est devant notre nez. Il n’y avait que deux choix pour mettre Gi-Joe en image, le 1er degré ( angle pris par la web série Gi-Joe absolute mis en ligne peu avant la série, un choix casse gueule qui enferme le tout dans un angle film bourrin d’action qui se prend au sérieux. Ou bien choix numéro 2, faire le film que l’on aurait voulu se faire nous-même en étant gamin quand on jouait avec nos exemplaires des Joe. C’est que Sommers à choisi et honnêtement bien lui en a pris. C’est un peu comme Michael Bay lors de la réalisation de Bad Boys 2, il assume totalement le 1.000e degré des situations, en rajoute et s’amuse. Ovni cinématographique idiot et diablement sympathique au final, les deux films boxent dans la même catégorie.

Stephen Sommers n’a jamais caché vouloir faire un hommage au James Bond de la grande époque et cela se sent. De par les forces en présence avec ces ennemies au final très old school dans leur façon d’être ou d’être mis en scène (mention spéciale au Commandeur Cobra…j’en rigole encore…). Avec ces technologies incroyables, ces bases secrètes aux quatre coins du monde, la guerre entre les Joe et Cobra rappellent un peu le spectre vs le mi6 dans les James Bond. C’est délicieusement kitsch et au final la magie prend. J’ai vu le film avec mes yeux d’enfants dirons nous et cela n’a pas rater j’étais à fond dedans. Tout les éléments sont là pour nous rappeler un peu le plaisir que l’on avait en regardant les James Bond passant sur la 3 ou la 5e à l’époque. On se revoit en train d’imaginer les scénarios les plus tordus avec des méchants pas vraiment méchant, voir même juste ridicule. Des types qui veulent détruire la Terre entière on ne sait pas vraiment pourquoi.

Oui Gi-Joe est rempli de dialogue qui vous feront lever les yeux aux ciels et d’un humour un peu potache, mais au-delà de tout ça, il remplit sa tâche, le film est étudié pour un public très jeune et accessoirement pour des vieux cons comme moi de trentenaire a qui Gi-Joe rappelle de bons souvenirs. Ce n’est pas un film qui vieillira forcément bien (quoi que) mais à l’heure actuelle il fonctionne à merveille. Il divertit pleinement et de façon complète les deux ou trois neurones resté en mode actif en passant l’entrée de la salle. Donc oui je le redis encore une fois, Gi-Joe est un film pour les ados et les grands ados en priorité. Si vous ne rentrez pas dans ces cases où que vous faites juste l’effort de le voir pour vous prouver quelque chose vous risquez de hair la Terre entière en sortant. Moi de mon côté je pense que le blu-ray va venir grossir les rangs de ma collection dès la sortie du film. Oui même pas honte de le dire, j’ai préféré Gi-Joe à Transformers 2 truc de fou hein ?

La faute en revient en partie au casting aussi. La plus grosse surprise du film est Ripcord alias Marlon Wayans. Avant le film tout le monde lui est tomber dessus estimant qu’il allait ruiner le film et tirer celui-ci vers un humour imbuvable. La vérité est tout autre, il est peut-être pour moi du lot, le personnage qui fonctionne le mieux. C’est un soldat d’élite qui au même titre que Duke est capable de s’en sortir sur un terrain de combat, mais il ne manque jamais d’humour. Heureusement ce dernier est moins lourd que dans les Scary Movie. Son personnage est assez crédible et pas du tout énervant au final. Ce qui est une surprise de taille. Il reste mon personnage favori du film à ma grande surprise alors que je pensais que ce serait Snake Eye.

Venons en justement à lui, le fameux Snake Eye…l’éternel bataille entre lui et Storm Shadow est bien là. Même si la présentation de la haine entre eux n’est pas forcément transcendante elle a le mérite de donner le ton et d’éclaircir certaines zones d’ombres. Tant mieux, car une fois cela en boite, le monsieur Snake Eye n’est plus là que pour une chose : se battre, courir après des voitures et massacrer quiconque se mettra dans son chemin. C’est à partir de ce moment que le vrai talent du monsieur saute aux yeux. Particulièrement durant la séquence de poursuite dans Paris. Moment où comme Ripcord et Duke il montre ses talents pour la destruction de masse. Ray park est un bon combattant le hic ici est que sa combinaison fait un peu balourd. Le personnage reste « badass », mais le costume manque de finesse par certains points. Ce n’est pas grand-chose et je pinaille un peu, mais par moment surtout quand il est dans des phases calme, cela saute un peu aux yeux… Rien de bien grave.

Le reste de l’équipe est un peu plus légere dans l’épaisseur des personnages, le manque de profondeur des autres personnages en rebutera certains, moi je trouve que cela correspond bien à l’esprit très second degré du projet. Sommers d’une certaine façon joue avec les clichés que l’on a autour de ces personnages et la vérité est là ca fonctionne. Le personnage du commandeur Cobra est une caricature du méchant des films d’espionnage à l’ancienne. Totalement exagéré, il a une démesure un poil flippante et idiote qui le rend complètement hilarant. Sommers s’amuse et fait passer cette envie de rire à ses spectateurs. Je préfère largement un film qui assume dès le début son ambition de divertir en jouant sur les clichés qu’un film faisant semblant du contraire et qui au final se prend diablement au sérieux. Gi-Joe est tout le contraire. C’est un Pop Corn Movie de très bonne facture, prêt à vous en mettre plein les yeux pendant 2 heures. C’est justement une mission dont il s’acquitte haut la main.

Si je devais retenir une séquence dans le film. Une seule, du genre qui me ferait trépigner de bonheur sur mon écran en la revoyant en Blu-Ray et bien ce serait la poursuite dans Paris. Alors disons le tout de suite cette poursuite est du même acabit que la séquence de poursuite et gunfight entre la police et les jamaïcains dans Bad Boys 2, celle commençant sur un parking et se terminant sur l’autoroute après avoir mis la moitié de la ville à feu et à sang. Stephen Sommers fait ici la même chose en lançant 4 cowboys Scarlett, Snake eye, duke et Ripcord a la poursuite de la Baronne et de Storm Shadow. Le but de la course poursuite est d’empêcher ces deux derniers de détruire la Tour eiffel…et comme vous avez vu la bande annonce, vous savez déjà que cela ne va pas marcher…Mais ce que vous n’avez pas vu est le degré de carnage que les Joe vont engendrer dans Paris…C’est bien simple, si l’on fait le calcul des morts et des dégats fait dans Paris, les 4 membres du Gi-Joe ont fait plus de dégâts que la Baronne et Storm Shadow…qui pourtant ont détruit la Tour eiffel.

Cette séquence est diablement idiote et en même temps follement jouissive, je sais que c’est paradoxale, mais cela fonctionne. Pourquoi ? Car le réalisateur s’amuse sans se prendre la tête et met en place une course poursuite totalement folle et où chacun des personnages est bien mis en avant. Que ce soit SnakeEye, Scarlett ou Duke et Ripcord chacun à son moment pour briller. Mais mieux encore, lls fonctionnent chacun comme une équipe et c’est peut-être ce qui rend le tout encore plus efficace. Puis impossible de ne pas sourire béatement devant un tel degré de destruction massive dans nos rues. C’en est tellement excessif que cela devient absolument jouissif. Alors, bien évidemment il va y avoir des esprits chagrins qui vont s’en donner à coeur joie pour dénigrer le film. Il n’y a pas grand-chose à dire ou à faire. Moi je ne fais que donner mon avis de geek totalement régressif et je l’assume totalement, j’ai adoré gi-joe, pour pleins de bonnes et mauvaises raisons, mais au final j’ai sincèrement adoré le film. Chose que je n’aurais pas cru possible il y a encore quelques mois. Incroyable non ?

Voici le Lien
J'aimerai aussi connaitre vos avis  sarcastic:{}
Sur le forum Ados-Cinema le 30 juillet 2009 à 11h12
Pourquoi le Rap / RnB
Salut à tous,
Sa commence vraiment a m'obséder cette question pour quoi a chaque fois qu'il y a un forum musique on associe Rap avec RnB pourtant c'est diffèrent!

Le Rap:
Apparu au début des années 1970 aux États-Unis, le rap est un genre musical s'inscrivant dans le mouvement culturel hip-hop.

Musique de rébellion par essence, le RAP est inspiré des expressions anglaises Rhythm And Poetry ou Rock Against Police (suite à une rébellion pendant les années 1980 contre la police), ou encore en référence au verbe anglais "to rap" signifiant "parler sèchement".



Le RnB:
Apparu aux États-Unis au milieu des années 1990, le RnB (aussi orthographié R&B et R'n'B) est un genre musical né de la rencontre entre le hip-hop d'un côté et le funk et la soul, de l'autre.

Les Américains parlent aussi de "Contemporary R&B" en opposition au Rhythm And Blues, un genre musical plus traditionnel intégrant les influences du gospel et du blues.

Donc pour moi sa reste clair sur google c'est totalement pareil diffèrent!  pfff:{}
Sur le forum Ados-Musique le 30 juillet 2009 à 11h04
Applications